5 novembre 2019

Je sais que c’est dur quand c’est dur, mais je sais aussi à quel point c’est bon quand c’est bon

Je sais que c’est dur quand c’est dur, mais je sais aussi à quel point c’est bon quand c’est bon. T’sais, juste avant le bonheur, il y a tout le reste, puis il y a le bonheur, puis il y a tout le reste. Rien n’existe en permanence, ni les mauvais moments, ni les bons moments. Dans les dernières années de ma vie je me suis beaucoup détachée de mes attentes face à ce qui m’arrive. Parfois c’est l’heure d’être heureuse et parfois c’est l’heure d’être triste et j’essaie de ne pas préférer un ou l’autre. Parce qu’il n’y a pas d’alternative à ce qui est. Il n’existe pas d’univers parallèle où je suis dans un état différent. Il n’y a que ça. Il n’y a que ce qu’il y a pis j’ai choisis de croire que c’était beaucoup moins sérieux que ce que je croyais. Que le négatif n’était pas nécessairement négatif et que le positif n’était pas nécessairement positif. Parfois c’est dur, parfois c’est facile, parfois c’est un peu des deux, et c’est tout. 😌❤️

© Frédéric Gingras 2019