11 octobre 2019

Ce jour là j’ai choisi de croire que tu ne m’avais pas abandonné moi

Ce jour-là j’ai choisi de croire que tu ne m’avais pas abandonné moi, tu t’étais sauvé toi,

et ce jour-là

je me suis sauvé

moi aussi. 🖤 C’est un peu beaucoup dangereux le ressentiment, c’est comme un vilain monstre qui se cache dans le fond recoin de notre tête et qui nous chuchote des maux méchants, pis j’ai longtemps, plus jeune, cru tous les maux qu’il me racontait dans sa cachette. T’sais c’était facile, il avait plein de bonnes raisons de pourquoi je devrais être en colère, de pourquoi je devrais être triste, de pourquoi je devrais en vouloir toujours encore, sauf que j’avais pas encore compris qu’il ne servait pas moi, il servait lui. Alors moi j’ai choisi de servir moi. De me débarrasser de tout ce poids dont je n’avais plus besoin. C’est qu’il était lourd ce petit monstre caché dans le noir de mon dedans. Je n’avais pas besoin d’en vouloir. Ça ne m’était pas utile d’en vouloir. Ça ne me servait ni à moi, ni à personne d’en vouloir encore pour toujours plus loin. Au contraire. Alors j’ai choisi d’arrêter. De ne plus écouter, même si je les entendais toujours, les maux méchants que le ressentiment me racontait. Pis tranquillement, au fil du temps, j’ai fini par ne plus même les entendre, pis le poids avait disparu, pis j’étais légère, pis j’étais bien, pis j’étais sauvée. Enfin. 🕊

© Frédéric Gingras 2019