Mots

Être simplement bien. C’est tout. Rien de plus et rien de moins

Être simplement bien. C’est tout. Rien de plus et rien de moins. 😌🌾

C’est plutôt difficile panser une plaie qu’on n’ose pas regarder

C’est plutôt difficile panser une plaie qu’on n’ose pas regarder. 😉❤️

C’est dans le noir qu’il y a tous les monstres mais c’est aussi là qu’il y a toutes les étoiles

C’est dans le noir qu’il y a tous les monstres mais c’est aussi là qu’il y a toutes les étoiles. C’est quelque chose qui m’a prit beaucoup de temps avant de vraiment comprendre. J’ai tellement longtemps eu peur. Mais tellement peur. Peur d’être abandonnée encore. Peur de tout perdre. Peur de tout casser. Peur de risquer. Peur de changer. Peur de recommencer. Peur de faire mal. Peur de mal faire. Peur d’être toute seule. Peur des fantômes qui se cachent au fond de la tête. Très peur des miroirs. Peur de qui j’étais. Peur de ce que je pouvais faire. Peur de qui j’allais devenir. Peur de faire les mauvais choix. Au fond j’avais peur que tout se brise comme quand j’avais 5 ans j’imagine. J’me disais surement que si je ne changeais rien du tout, rien ne changerait du tout pis que je ne revivrai pas l’horreur de courir derrière une voiture qui s’en va pour toujours et l’horreur d’être toute seule. Sauf que voilà. Ça fait mal avoir peur des monstres. Ça fait mal avoir toujours peur. Ça fait mal vouloir que rien ne change jamais plus du tout. Ça fait mal vouloir figer le temps quand tout allait bien avant que tout se casse. Sauf que c’est impossible. On ne peut pas figer le temps. On ne peut pas garder toujours ce qu’on a. On ne peut pas garder le soleil dans le ciel pour savoir tout ce qui s’en vient et tout ce qui s’en va. Il y a toujours la nuit. Il y a toujours l’inconnu. Il y a toujours un imprévu. Il y a toujours des choses qui font peur. Il y a toujours des choses qui font mal. Il y a toujours des gens qui s’en vont. Il y a toujours des choses qui changent. Sauf que voilà, c’est aussi juste dans la nuit, quand je ne vois rien de ce qui se passe vraiment tout autour de moi, que je peux regarder par en haut et voir des lumières qui brillent très loin. C’est aussi dans l’inconnu qu’on trouve nos étincelles. Pis c’est beau. C’est la beauté de risquer d’être en vie. De peut-être tout perdre, mais aussi de peut-être tout trouver. ✨

Je sais que c’est dur quand c’est dur, mais je sais aussi à quel point c’est bon quand c’est bon

Je sais que c’est dur quand c’est dur, mais je sais aussi à quel point c’est bon quand c’est bon. T’sais, juste avant le bonheur, il y a tout le reste, puis il y a le bonheur, puis il y a tout le reste. Rien n’existe en permanence, ni les mauvais moments, ni les bons moments. Dans les dernières années de ma vie je me suis beaucoup détachée de mes attentes face à ce qui m’arrive. Parfois c’est l’heure d’être heureuse et parfois c’est l’heure d’être triste et j’essaie de ne pas préférer un ou l’autre. Parce qu’il n’y a pas d’alternative à ce qui est. Il n’existe pas d’univers parallèle où je suis dans un état différent. Il n’y a que ça. Il n’y a que ce qu’il y a pis j’ai choisis de croire que c’était beaucoup moins sérieux que ce que je croyais. Que le négatif n’était pas nécessairement négatif et que le positif n’était pas nécessairement positif. Parfois c’est dur, parfois c’est facile, parfois c’est un peu des deux, et c’est tout. 😌❤️

On est là pour ça les gens, se porter vers en haut les étoiles

On est là pour ça les gens, se porter vers en haut les étoiles, retourner doucement et tranquillement vers qui on est et d’où on vient. ✨

À essayer de ne plus en faire on en a oublié que c’est en faisant nos erreurs qu’on a tout apprit

À essayer de ne plus en faire on en a oublié que c’est en faisant nos erreurs qu’on a tout apprit. 😌

© Frédéric Gingras 2019