Journal

T'es un peu la plus belle chose du monde.

Parce que j’respire encore

Tu peux pas me battre. J’te connais trop. J’sais comment tu bouges sur le ring. Ça fait trop longtemps qu’tu me cherches pis qu’tu me trouves. Tu m’fais plus peur, j’suis grand maintenant. Peut-être plus grand que toi. Tu peux me lancer toutes les claques que tu veux pis m’faire cracher pis me faire saigner pis me lancer par terre pis me mettre des bâtons dans les roues pis me faire tout perdre pis mettre le feu pis essayer d’me tuer pis vouloir m’étouffer avec tes chuchotements dans ma tête pis essayer d’m’étrangler avec tes angoisses dans mon coeur mais tu m’auras jamais. J’vais toujours me relever. J’te le promet. C’est moi qui te cherche maintenant. Alors cours. Cours pis essaies d’me mettre des obstacles sur mon chemin que j’saurai pas surpasser pis essaies d’me faire foncer dans des murs que j’pourrai pas défoncer pis essaies d’m’empêcher d’foncer. Tu pourras jamais gagner, Souffrance. Parce que j’respire encore. Pis que tant que j’vais respirer j’vais avoir une dette envers la vie. Pis que j’te donnerai jamais le droit d’m’empêcher d’la repayer.