Pis en vie

Mais à les écouter parler on pourrait même finir par croire qu’ils sont malchanceux. Croire que l’univers n’a que de son temps ça à faire de l’utiliser pour tourmenter leur vie. On pourrait croire qu’ils n’ont pas la plus grande chance du monde de, contre toute attente, avoir encore la vie pis de pouvoir encore sentir le soleil sur leur peau pis de pouvoir encore pardonner pis de pouvoir encore pleurer pis de pouvoir encore crier pis de pouvoir encore rire pis de pouvoir encore aimer. On pourrait presque le croire. Mais moi j’le crois pas. Moi j’pense qu’on est tous les êtres les plus chanceux qui ont la chance d’exister ici, en même temps, pis en vie.

© Frédéric Gingras 2018