Portfolio

Allô je peins tous les jours pour essayer de te faire du bien.

Je veux juste que dedans moi ce soit aussi tranquille qu’un petit soir d’hiver

Je veux juste que dedans moi ce soit aussi tranquille qu’un petit soir d’hiver. J’aime les soirs d’hiver sous les lampadaires. On dirait que le temps est enveloppé de coton ouaté pis que plus rien ne bouge du tout jamais. J’aime ça me sentir comme ça aussi. Comme si dedans moi c’était entouré de coton ouaté, comme si rien du tout ne se passait, comme si j’avais oublié un moment d’être quelqu’un qui a des idées ou des joies ou des soucis. Je pense que c’est ça au fond, j’aime oublier que je suis quelqu’un pendant un tout petit instant à la fois. Être figée en l’air comme les flocons. Est-ce que tu sais de quoi je parle toi? Est-ce que toi aussi parfois ton toi disparaît dans de la ouate? Qu’est-ce que tu fais pour que ça t’arrive? Moi méditer m’aide beaucoup. T’sais, après douze ans de pratique de la méditation, une des choses les plus merveilleuses que ma pratique m’aura apportée ce sont ces petits moments où j’oublie d’exister, où il n’y a plus de moi, juste le moment. Pendant un tout petit moment Fred disparaît complètement et je deviens tout l’instant qui l’entoure. Et après, quelle joie aussi de revenir dans mon moi. De retrouver aussi la fatigue, l’ennui, la joie, la peine, l’excitation d’être quelqu’un. C’est merveilleux être quelqu’un. Mais c’est merveilleux aussi de disparaître complètement un peu. Je pense que ça m’aide à mieux apprécier mon caractère très humaine, que de disparaître dans le ouaté par petits moments. Et toi, tu le vis comment?

Essayer de savoir qui je suis

Essayer de savoir qui je suis c’est un peu comme essayer de retenir dans une boîte l’onde que fait une goutte dans l’eau. Je ne peux pas me comprendre de cette façon là parce que je ne suis pas comme un livre avec des mots imprimés qui ne changeront pas jamais. Je ne peux pas me lire une fois et avoir tout compris. Je ne peux pas me saisir et simplifier tout ce que je suis en explications. Je suis en processus, toujours. Je suis ce qui se passe entre deux personnes qui ont fait l’amour et mon enterrement. Alors je n’essaie pas. Je n’essaie pas de me retenir dans une boîte ou sur une liste facile à m’expliquer. Je me permets d’être en toujours mouvement, d’être libre de toute définition, d’être ce qui se passe à partir du moment où la goutte a touché l’eau. Je ne serai jamais rien de moins, et je ne serai jamais rien de plus. Et ça me va. 😌💧

C’est tout ce qui compte

C’est tout ce qui compte. ☺️

Les choses sont ce qu’elles sont, quoi que j’en pense

Les choses sont ce qu’elles sont, quoi que j’en pense. C’est une des réalisations les plus importantes de mes dernières années. C’est un peu difficile pour l’ego d’accepter que sa satisfaction face à ce qui est ou bien ce qui n’est pas n’est pas une variable. Difficile d’accepter que tout l’univers ne tourne pas autour du soi, mais tellement libérateur en même temps aussi beaucoup. Parce qu’en un instant, toute la pression de faire tourner le monde de la bonne façon disparaît. Je ne suis pas responsable de tout l’univers. En tout cas, pas dans le sens que mon ego entend le mot « je ». Je ne suis que là. Que parmi tout ça. Qu’en plein centre d’un processus qui a démarré il y a beaucoup trop longtemps pour compter. Et ma seule tâche devient d’accepter ce qui est en ce moment. Ce qui est dehors de moi et aussi ce qui est dedans de moi. D’accepter que les choses sont ce qu’elles sont, quoi que j’en pense. Et que c’est merveilleux. 😌🌾🙏🏻

Les mains dans les poches

Il y a quelque chose de merveilleux dans une paire de mains qui reposent nonchalamment dans des poches. C’est peut-être la légèreté de quelqu’un qui prend son temps. 🌾 Aujourd’hui, c’est dimanche. Pis je sais pas pour toi mais s’il y a bien une journée qui me donne envie de marcher lentement les mains dans les poches, c’est bien les dimanches. Il y a quelque chose de lent dans les dimanches que je m’efforce d’amener avec moi le reste de la semaine. Alors aujourd’hui si tu me croises quelque part, je serai en vadrouille en train de prendre mon temps. ❄️😌

Soit tu peux te dire qu’il est trop tard, soit demain, tout peut être différent

Soit tu peux te dire qu’il est trop tard, soit demain, tout peut être différent. 😉

© Frédéric Gingras 2019